Les vertèbres sont généralement (sauf chez certains pachydermes et mammifères marins) de petits os parfois appelés osselets,
pour le plaisir des diminutifs et des miniatures et celui d’un jeu recommandé pour développer l’agilité des doigts.

Tout fait farine à leur moulin de bonne ou de mauvaise fortune, car les dieux, ceux d’hier surtout, les surveillent. La divination peut être à l’écoute de ces petits riens.

Les mots circulent et caressent ou bousculent l’oreille.
Dans certains pays d’Amérique, on les apprécie pour la beauté

soyeuse de leur fourrure.

Quant aux vertèbres de Pierre Buisseret, elles changent d’état civil et en toute

liberté grimpent aux murs ou volent dans l’air du temps. Masques à deux dimensions, volumes

aux références secrètes. Elles ont les couleurs d’une vie à part entière et s’imposent loin des mains qui palpent. Proches des yeux qui aiment les caresses.

André Balthazar, 2006