Dieu fit Adam

Eve prit sa côte

Il restait la vertèbre

Pierre Buisseret en fit un acrostiche.

 

Vertige du rêve de pierre

Etages menant au cou dur

Racines formant une dent

Truffe empalée dans l’éther

Etoile mirant son ombre

Binette de veau en herbe

Ragoût de toutes les couleurs

Etoupe de cabot pelucheux

Scène de cinéma fabuleux

 

Ce Buisseret, mon Dieu,

est un as !

 

En se tenant les côtes,

côte belge, de maille

ou d’Alsemberg,

Dieu créa le monde.

 

Pierre Buisseret, lui, tomba sur un os

selon sa fantaisie

en tira mille formes

et en fit tout un art.

 

Patrick Roegiers, 2006